• A redire

     

    Il n'y a rien à y redire, les jours, lourds, de leur démarche incertaine, s'en vont vers d'autres lendemains.  Pourquoi ce sentiment de désert? Comme une morne plaine, sans bataille.  Comme une défaite, lourde.  Les regards impalpables des néants déambulatoirs à l'aspect humain s'arrêtent à peine sur d'autres regards.  Quel vide.
    Moi, ce que j'en dis, hein. De toute façon, ça ne me regarde pas.

     

     

     


  • Commentaires

    1
    Samedi 10 Juin 2006 à 20:40
    passage
    premier passage je crois dans ton espace
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :