• Dors

    Hier, le soleil se levait encore

    Sur ceux-là , qui se lovaient en corps.

    La nuit, nouvelle, les déchira.

    En mots que personne ne dira.

    Sous le ramier, se cachait l'aigle

    Se mesurant à chaque règle,

    Appelé à prendre son envol,

    Il ne laissera rien dans l'obole,

    Qu'une douleur inaudible qui sourd encore

    De ce reliquat de couche d'amour des corps.


  • Commentaires

    1
    lucide
    Vendredi 19 Août 2005 à 23:21
    demain,
    la lune éblouira, ceux qui s'aiment encore; le houhou de la chouette, au loin, à peine audible, et de la terre, l'odeur...
    2
    Parti...
    Dimanche 4 Septembre 2005 à 00:25
    aussi...
    sans nouvelle... C.
    3
    xioix Profil de xioix
    Vendredi 23 Septembre 2005 à 02:48

    Secoue-toi.
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :